Ce qu’il faut savoir avant de souscrire à un contrat de troisième pilier

Un contrat d’assurance vie se trouve généralement truffé de montant en tout genre qui a des garanties aux libellés parfois barbares. Que devez-vous savoir avant de passer à la souscription d’un 3e pilier ? Découvrez sur cette page toutes les caractéristiques d’un contrat de 3e pilier.

La prime, excédents et les dates

Ce chiffre se présente plus compliqué avec votre courtier, notamment sur la base du montant à verser sur votre contrat d’assurance. En effet, la prime correspond au montant que vous verserez de manière régulière. Cela peut être fait par mois, par trimestre, par semestre ou par an. Elle correspond à l’expression prime unique si votre contrat intègre le versement d’une somme considérable une fois que votre contrat est en vigueur. On parle de rente viagère quand votre contrat prévoit le versement régulier. Les excédents sont la cerise sur le gâteau. Il est question des intérêts que vous avez la possibilité de toucher à la fin de votre contrat du 3e pilier. Cependant, notez que ces excédents ne font pas généralement objet d’une garantie. Rendez-vous sur devistroisiemepilier.ch pour en savoir plus.

Dans le meme genre : Pourquoi faire un 3e pilier ?

Au sein de votre contrat, la compagnie projettera des intérêts, mais nous distinguons ces derniers de ce que le contrat vous réserve réellement. En ce qui concerne les dates, la date d’effet correspond à l’établissement des couvertures du contrat. C’est la date à partir de laquelle vous commencerez à verser votre prime d’assurance. En contrepartie, la compagnie a l’obligation d’assurer les couvertures prévues au contrat. La date d’échéance du 3e pilier est souvent fixée au 65e anniversaire de naissance de l’assurer. À cette date, vous n’aurez plus à verser une somme à votre assureur. Les fonds que vous avez épargnés seront utilisés à bon escient et placés dans le but de compléter votre revenu.

Les prestations et les capitaux garantis

Le 3e pilier prend en charge plusieurs services. En effet, vous avez la formule en cas de vie. Dans ce cas, l’échéance du contrat correspond à la date de votre entrée en retraite. Une fois que vous serez arrivé à la retraite, vous aurez la possibilité de toucher au montant indiqué à la ligne. En cas de décès avant la date d’échéance, le contrat vous assure intégralement. Votre capital garanti sera versé à vos héritiers. Pour un cas d’incapacité de gain, vous avez la possibilité de ne plus payer votre prime en cas d’invalidité. Cependant, notez que cette option code un coût pouvant diminuer votre capital garanti.

A lire également : Quelles sont les possibilités de placement financier d’un étudiant ?

Le contrat de 3e pilier est muni d’un tableau de capitaux garantis. Ce dernier présente clairement, années après années, le capital que vous devrez toucher si vous faites l’option de stopper le contrat. La colonne en cas de décès reste constante tandis que les valeurs de rachat connaitront une augmentation au fur et à mesure des années. Notez que les premières années n’intègrent aucun rachat. Si vous stoppez votre contrat à cette date, vous ne toucherez à rien. De même, vous constaterez que les sommes des primes versées ne correspondent pas au capital final que vous vous êtes fixé.